TRIEL SUR SEINE : NON AUX PROJETS INUTILES EN VAL DE SEINE (NOPIVALS)

17 novembre 2016

Non classé

Collectif d’associations Nopivals : « Les mauvaises surprises viendront en 2018 »

Jeudi 13 octobre, à Triel-sur-Seine, le collectif d’associations locales Non aux projets inutiles en val de Seine (Nopivals) organisait une réunion d’information sur les chantiers contre lesquels ils s’opposent et pour appeler la population à se mobiliser.

Le collectif Nopivals sera présent lors des réunions publiques liées à l'élaboration du plan local d'urbanisme intercommunal. -

Le collectif Nopivals sera présent lors des réunions publiques liées à l’élaboration du plan local d’urbanisme intercommunal. –

« Nos élus réfléchissent en termes de bitume et de routes, mais jamais en termes de solutions de bon sens car elles ne correspondent pas à l’image de marque qu’ils ont envie d’avoir. » Jean-Pierre Grenier de l’association Bien Vivre à Vernouillet et membre du collectif Non aux projets inutiles en val de Seine (Nopivals) était l’un des nombreux intervenants à la réunion publique d’information organisée jeudi 13 octobre à Triel-sur-Seine. Le collectif qui a vu le jour il y a un an réunit bon nombre d’associations situées entre Conflans-Sainte-Honorine et Mantes-la-Jolie : Rive de Seine Nature Environnement, Non au pont d’Achères, Bien vivre à Vernouillet, Construire ensemble Andrésy solidaire, association citoyenne pour la qualité de vie des habitants, soutien des activités économiques, sportives et culturelles à Carrières-sous-Poissy, Collectif des riverains du parc du Peuple de l’herbe, Association pour la qualité de l’environnement dans la région mantaise, Association vexinoise de lutter contre les carrières cimentières, Association Gargenville Seine Vexin, Collectif pour la circulation en val de Seine et Vexin, Collectif Flins sans F1, etc.

Chaque association a présenté le projet auquel elle était opposée, parfois depuis des années : construction d’un viaduc à Gaillon-sur-Montcient pour 400 millions d’euros, projet de carrière de calcaire dans le parc naturel régional du Vexin, projet de port multimodal à Achères par Ports de Paris (400 millions d’euros), construction massive de logements à Carrières-sous-Poissy (Carrière centralité), projet du Département de relier par un pont au-dessus de l’île de la Dérivation, la RD 30 à la RD190 (pont d’Achères) (120 millions d’euros), projet du Département de réaliser une déviation de la RD 154 à Vernouillet et Verneuil-sur-Seine (40 millions d’euros), etc.

Saucissonnage

Chacun a expliqué pourquoi ces projets étaient selon eux inutiles ou inefficaces et constituent des dépenses excessivement élevées qui se répercuteront sur les impôts des contribuables. Un représentant du Collectif pour la protection des riverains de l’A184 (devenue A104) est également intervenu, une première depuis la création de Nopivals. Le Copra n’est pas membre du collectif, peut-être le sera-t-il bientôt ?

«Lorsqu’on regarde la carte globale de la vallée de la Seine, on se rend compte que chaque projet est une tranche d’un grand ensemble que les élus ne présentent jamais aux habitants, s’exclame Michel Mallet, du collectif pour la circulation en val de Seine et Vexin. Mais depuis que nous sommes rassemblés en collectif, chacun a désormais en tête ce saucissonnage. »

Pétition en ligne

Jean-Pierre Grenier a de son côté mis l’accent sur les augmentations d’imposition locale. Rappelant l’augmentation de 66 % du taux de taxe foncière du Département voté en début d’année, il a mis en garde sur la possibilité pour la communauté urbaine de Grand Paris Seine et Oise de créer son propre impôt. « Elle en a le pouvoir. Le fera-t-elle en 2017, année électorale, j’en doute. En revanche, je ne me fais guère d’illusions, es mauvaises surprises viendront en 2 018 ! » Et d’ajouter : « Aujourd’hui, le maître mot des collectivités locales devrait être : faire des économies avant d’engager des dépenses d’investissement importantes. »

Enfin, Anthony Effroy de l’association Rive de Seine Nature Environnement, a appelé chacun à mobiliser : « Aujourd’hui, nous ne sommes pas assez nombreux, chacun d’entre nous doit en parler à nos voisins, connaissances, amis pour qu’ils rejoignent le combat et que l’on devienne plus puissant que ce que l’on est aujourd’hui. »

Une pétition en ligne, disponible sur le site du Nopivals exige « le gel des hausses d’impôts, un moratoire sur les projets inutiles bien éloignés des investissements nécessaires au développement de notre région et aux besoins de la population et un débat citoyen pour l’avenir et l’aménagement du val de Seine ».

Pratique

Nopivals participera aux réunions publiques sur le plan local d’urbanisme intercommunal de Grand Paris Seine et Oise : jeudi 20 octobre à 20h à Follainville-Dennemont (salle polyvalente, place Marceau-Vallot) ; lundi 24 octobre à 20h à Mantes-la-Jolie (hall 5, Parc des expositions, sur l’île l’Aumône) ; mercredi 2 novembre à 20h à Conflans-Sainte-Honorine (salle des fêtes, 12 place Auguste-Romagné) ; mercredi 9 novembre à 20h à Aubergenville (Maison des associations, 25 route de Quarante-Sous) ; mardi 15 novembre à 20h aux Mureaux (espace des habitants, avenue de la République) ; mercredi 23 novembre à 20h à Poissy (centre de diffusion artistique, 53 avenue Blanche-de-Castille). Rens. www.nopivals.fr

 

http://www.78actu.fr/collectif-d-associations-nopivals-les-mauvaises-surprises-viendront-en-2018_42042/

78actu

Les commentaires sont fermés.

Lebloglibre |
Djalain |
Fipanalyse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Afriques
| La Gazette Pro Nature
| Domieblog