CAMPAGNES ELECTORALES : ATTENTION AUX CAMPAGNES D’ASTROTURFING (SIMILITANTISME) SUR LES RESEAUX SOCIAUX

19 février 2020

Non classé

Image de prévisualisation YouTube

Astroturfing: influer, manipuler, lénifier les consciences, déstabiliser sa cible

L’Astroturfing consiste à simuler un mouvement d’opinion populaire là où il n’en existe aucun. Selon l’expert François-Bernard Huyghe, il s’agit donc de « l’art et la manière de créer de faux mouvements d’opinion(…) de faire parler des foules imaginaires ou d’usurper une identité collective.

Les «astroturfers» instrumentalisent des actions semblant venir d’individus divers et disséminés géographiquement, en usant de techniques de désinformation pour déstabiliser leur cible. Ce stratagème joue sur un certain nombre de ressorts psychologiques, en particulier celui du pouvoir du conformisme et de la pression sociale, mis en situation par l’expérience de Asch et conceptualisé dans« l’effet Bandwagon», également désigné « effet de mode ». Cet effet renvoie au comportement du « mouton de Panurge» et au fait que les esprits indécis prennent leur décision dans un groupe par mimétisme avec la majorité.

En outre, l’astroturfing peut être le fait d’un seul individu selon un agenda prédéfini, ou bien par des gouvernements, des partis politiques, des organisations activistes, des groupes de professionnels organisés, financés par la sphère industrielle et économique …

L’ensemble des actions de lutte par l’information qui y affèrent engendrent marginalement un rapport au pouvoir. De fait, cette stratégie dépendrait de trois pôles: l’agenda politique, l’agenda médiatique et l’agenda public.

Une stratégie efficiente pour influer sur les agendas politique, médiatique et public

Ce postulat sous-tend que l’astroturfing s’incarne à travers diverses stratégies de communication, lesquelles espèrent influer sur les agendas, matérialisation des lieux de pouvoir dans les sociétés démocratiques, en usurpant l’identité citoyenne pour que les messages émis puissent bénéficier d’une plus grande crédibilité.

D’après une étude canadienne, la mise à l’agenda politique semblerait être la fonction prépondérante des stratégies d’astroturfing identifiées, avec pour cible les gouvernements et comme objectif celui de façonner la législation. L’étude a également mis en exergue le rôle central du citoyen dans ca capacité à peser sur les décisions des pouvoirs publics, en particulier lorsque celui-ci se regroupe pour manifester.

Concernant la mise à l’agenda public, orienter l’opinion publique constituerait le second cas le plus répandu d’astroturfing.

Cette catégorie englobe tous les procédés visant à informer et convaincre les citoyens pour les mener à un point de vue quelconque et/ou requérir leur soutien afin de promouvoir une démarche. Influencer l’opinion publique est la motivation première des gouvernements qui déploient de l’astroturfing. Ils font la promotion de leurs politiques (fiscales, internationales…), de leurs projets de lois, réformes… Cette pratique de communication véhiculant des actions légitimantes pourrait d’une certaine manière renvoyer à la théorie de l’hégémonie culturelle d’Antonio Gramsci.

Quant à l’agenda médiatique, il serait perçu comme étant un vecteur d’influence majeur par les «astroturfers», sans toutefois constituer la cible ultime de la majorité des stratégies d’astroturfing. En effet, d’après l’étude canadienne susmentionnée, les médias seraient perçus comme étant des relayeurs d’information privilégiés pour agir tant sur l’agenda public que l’agenda politique, ce qui défendrait l’idée d’une influence interagendas, via notamment «l’agenda-setting». En pratique, toutes ces actions pour être déployées doivent être couplées avec des ressources technologiques sophistiquées, liées au numérique et à l’internet.

Les réseaux sociaux et l’intelligence artificielle au service de l’astroturfing

L’astroturfing utilise les techniques de communication par popularité en simulant des  mouvements citoyens artificiels afin de servir de base à une campagne virale de désinformation. Par la multiplication des soutiens et des réactions sur le Net, l’engouement est lancé, repéré par les algorithmes des réseaux sociaux. Ensuite,le message peut être repris via une page Facebook, un hashtag(Twitter), une vidéo voire une image. Le succès de la manœuvre dépend précisément de la pertinence dusujet. Il doit pouvoir attiser le débat, susciter des réactions pour que les «influenceurs» puissent le relayer, le Graal étant son élévation au rang d’information par les médias traditionnels.

Parmi les subterfuges d’astroturfing les plus répandus, on relève :

-La manipulation de sondages en ligne.

-L’achat et l’échange de faux fans/followers sur Facebook et Twitter.

-La création de fausses identités afin d’influencer les débats sur les réseaux sociaux.

-Le gonflement artificiel de hashtags sur les réseaux sociaux.

Avec l’évolution des technologies, l’astroturfing peut emprunter des formes hautement sophistiquées, grâce aux outils dits de « Persona Management» permettant de créer sur les réseaux sociaux divers profils très crédibles, susceptibles de forcer les protections implémentées par Facebook ou Twitter. Concrètement ces faux profils humains, dit «socialbot» vont influer en ligne en tant qu’acteurs à part entière des débats, avec pour cibles les gouvernements, l’opinion publique, les consommateurs…

Cette campagne à grande échelle de la dimension espace-temps, permet de défaire les clusters d’opinion ou d’en fabriquer de toutes pièces.

Plus élaboré que les «socialbot», plusieurs médias en ligne auraient recours à des «botnets» simulant des consultations de leur site internet afin d’en doper l’audience et d’en accroître les revenus publicitaires. De plus, ces «botnets» peuvent aller technologiquement plus loin.Les versions les plus avancées sont actuellement gérées par des moteurs d’intelligence artificielle lesquels leur confèrent des facultés conversationnelles.

source : https://infoguerre.fr/wp-content/uploads/2018/06/Astrosurfing.pdf

 COMMENT DECELER L’ASTROTURFING ?

Image de prévisualisation YouTube

 

En France, Il  y a quelques mois MEDIAPART à révélé les campagnes d’astroturfing de la communauté  LREM sur les réseaux sociaux pour manipuler l’opinion publique française.

https://francais.rt.com/france/60858-enquete-montre-comment-communaute-lrem-manipulerait-reseaux-sociaux

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Lebloglibre |
Djalain |
Fipanalyse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Afriques
| La Gazette Pro Nature
| Domieblog