VACCINATION : CHRONIQUE D’UNE CATASTROPHE ANNONCEE

 

Vaccination, chronique d’une catastrophe annoncée.

Reprenons l’histoire.

Le rouleau compresseur est en route et sans réaction consciente de la population rien ne semble pouvoir l’arrêter.

Tous les médias qui s’opposent sont systématiquement muselés et censurés.

Après France Soir, TV Liberté, c’est Sud Radio et Bercoff qui sont attaqués, menacés de coupure de la chaine Youtube.

Youtube n’accepte plus que les propos en accord avec la doxa officielle et l’OMS.

Plus le temps passe, plus tout ce qui pourrait remettre en cause le discours officiel est systématiquement censuré.

Il n’y a globalement quasiment plus de journalisme indépendant.

Vous arrivez encore à trouver des informations sur certains blogs que nous citons régulièrement.

Reportez-vous plus bas aux sites où vous pouvez vous inscrire.

Cette lettre, par abonnement (gratuit), a la chance de ne pas pouvoir facilement être censurée, bien que régulièrement freinée. Vous êtes 22 000 inscrits.

Diffusez-la le plus largement possible !

Reprenons l’histoire de ces vaccins pour mieux comprendre ce qui se passe.

La pandémie commence en été 2019 en Chine.

Dès son arrivée en Europe deux faits sont marquants.

D’emblée il est question de vaccins pour une épidémie que l’on ne connaît pas. Les vaccins sont présentés comme la solution miracle, alors que les coronavirus sont connus pour muter rapidement et n’être pas accessibles aux vaccins (les vétérinaires attendent depuis très longtemps un vaccin sans qu’on y arrive).

Un vaccin prend pourtant entre 4 et 8 ans, voir plus, pour être validé sérieusement mais ici d’emblée cela semble ne pas exister, comme si déjà tout été écrit et prévu.

Le deuxième point important est que tous les traitements permettant de soigner sont systématiquement dénigrés et bloqués.

L’Hydroxychloroquine du Pr Raoult, utilisée depuis de nombreuses années par des milliards de personnes, prise dans le monde sans problème, devient d’un coup un poison toxique. Le Pr Raoult, son promoteur, un des plus grands infectiologues mondiaux, devient d’un coup critiqué par des personnes qui ne lui arrivent pas à la cheville. L’azythromycine, très efficace est aussi bloquée. Ainsi que d’autres antibiotiques comme la doxicline et les C3G.

Puis l’octofène bloqué dans les essais à l’Institut Pasteur alors que c’est un remède connu, ancien, pas cher et sans danger.

Plus récemment, c’est l’Ivermectine, encore plus efficace, qui est attaquée alors que son utilisation donne d’excellents résultats.

Il existe encore de nombreux autres traitements curatifs efficaces comme l’artémisia et des préventifs comme la vitamine C et D et le zinc.

Tous les médecins qui prescrivent ces traitements sont systématiquement convoqués par l’ordre des médecins  et au final on leur dit « Prescrivez mais ne communiquez pas sur le fait que cela fonctionne ».

Pour l’Ivermectine, qui est quand même autorisée avec de nombreux freins, les pharmaciens sont invités à dénoncer les médecins qui prescrivent.

Un groupe comme ‘Laissons les médecins prescrire’ s’est constitué en début de pandémie pour défendre le traitement précoce.

Il faut savoir que tous les pays qui le prescrivent en ont presque fini avec l’épidémie, pratiquement sans vaccin et c’est bien là le problème d’un point de vue business (Inde, Nigéria etc).

Pour mieux comprendre ces deux phénomènes (vaccin et blocage des traitements) et leur lien, il faut comprendre une chose dont nous avons déjà parlé dans une lettre.

Un vaccin mis sur le marché rapidement est un vaccin expérimental et tous les vaccinés sont donc des cobayes comme actuellement. On ne connait pas les effets secondaires surtout à long terme. Nous les découvrons.

La mise sur le marché d’un vaccin qui n’est pas fini d’expérimenter se fait par une AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) provisoire.

Donc pour prendre un pareil risque il faut deux conditions :

• Qu’il y ait une action supérieure à 50% d’où les chiffres fantastiques annoncés par les pharmas, mais pas du tout confirmés.

Peter Doshi parle de seulement 19 à 29% pour Pfizer. (Lettre médecine du Sens n° 325 : https://www.lessymboles.com/une-etude-scientifique-remet-en-cause-lefficacite-des-vaccins-anti-covid/)

• Qu’il n’y ait aucun traitement disponible. Vous comprenez donc de suite l’acharnement contre l’hydroxychloroquine. Le fait que cela existe dès le début montre bien que le plan vaccinal était déjà en place en février/mars 2020. Et que Agnès Buzyn est complice dès le début.

Si vous rajoutez qu’elle interdit l’HCQ dès le 15 janvier 2020, avant l’arrivée en France du virus, cela montre bien que les décideurs avaient déjà ce plan en tête depuis longtemps et qu’il savaient que l’HCQ pouvait le faire échouer.

 

Rajoutez à cela deux éléments clés.

Thierry Breton, commissaire européen et ex patron d’Orange, dit à la télé dans une Interview en décembre 2020 qu’on a réussi à faire un vaccin en 12 à 18 mois. Il vend la mèche. Cela veut dire que le vaccin est en préparation depuis peut-être juin 2019 avant le début même de la pandémie.

C’est plus clair comme ça ?

Les flacons de verre nécessaires au vaccin Pfizer, résistants à de très basses températures ont été commandés au verrier Allemand  Schott en novembre 2019.

Et avec ça, c’est clair ou c’est du complotisme ?

Donc depuis juin 2019 ou fin 2019, l’industrie pharmaceutique sait déjà qu’il va y avoir une épidémie et que la manne vaccinale est là. Tout est fait pour lui dérouler le tapis rouge.

Mieux encore, comme ce vaccin à ARN est en fait un OGM, le parlement européen vote en juillet 2020 une loi qui permet l’utilisation d’OGM pour les humains en exonérant les vaccins des mesures de précautions qui jusque-là nous protégeaient.

Toute la presse française, et une bonne partie de la presse mondiale, appartient aux mêmes milliardaires qui sont aussi actionnaires des laboratoires, fait un énorme battage pour le vaccin en utilisant, comme depuis le début, la peur d’un côté et le bâton de la sortie de crise de l’autre.

Dans ce domaine la carotte du passeport vaccinal a été très importante.

Au départ seule la moitié des français souhaitaient se vacciner.

Mais avec la peur entretenue, avec l’épouvantail des variants et la carotte de la possibilité de « voyager grâce au passeport vaccinal », nous avons évolué vers 2/3 de sujets désireux de se faire vacciner.

Disons d’emblée que le passeport vaccinal ne verra pas le jour en l’état actuel des choses. USA et Russie se sont officiellement positionnés contre.

Seule l’Europe reste sur cette idée qui a donc peu de chance d’aboutir. L’Europe est en effet l’Europe des lobbies et le ventre mou des droits de l’homme.

Alors avis à tous ceux qui posaient leur choix sur ce point, pour voyager ou voir leur famille.

Depuis un an, quelques soient les possibilités de traitements précoces, quelque soit l’inutilité des confinements ou des masques généralisés, ou les faux résultats des Tests PCR, le gouvernement français et les gouvernements dans toute la partie du monde dite « riche » ont continué une politique de peur et de perte de liberté pour mettre en place cette programmation de plan vaccinal.

Avec un marché « nous vous prendrons vos libertés et nous vous rendrons la vie impossible aussi longtemps qu’il le faudra jusqu’à ce que vous acceptiez pour l’idée (qui est en fait une illusion) de reprendre votre liberté ».

Chantage, otage, pression. Rien de très correct.

Le tout avec toute une manipulation par la peur et les médias. Le temps passant, les gens réalisant l’escroquerie du système grâce à des médias, la censure s’est faite de plus en plus forte sur toutes les voix autres.

Et voilà les vaccins qui arrivent fin 2020.

Je ne rentrerai pas dans tous les détails techniques, nous avions publié une excellente vidéo de Christian Velot sur les vaccins (https://www.youtube.com/watch?v=tYwCxe9gvQY)

Tout d’abord, il faut savoir que ce ne sont pas réellement des vaccins mais des thérapies géniques.

Ensuite ces vaccins posent de nombreux problèmes. Risque possible de passage vers l’ADN qui semble se confirmer. Risque de résidus partiels d’ARN ou d’ADN. Anticorps facilitant qui risquent de faire pire que mieux.

Et un point essentiel qui se confirme : pression sur les souches virales qui mutent vers des variants de plus en plus dangereux.

Enfin n’oubliez pas que toutes les personnes vaccinées participent, sans consentement, à un essai clinique  AMM provisoire dont nous ne verrons les résultats finaux que fin 2023 ou 2024.

C’est pourquoi nous ne voyons apparaître que progressivement les effets secondaires qui auraient dû être repérés avant la commercialisation par une AMM définitive.

Que se passe t-il depuis le début des vaccins ?

Il y a de suite eu une énorme flambée de Covid dès le début des vaccinations.

Certains pays comme Monaco ou Gibraltar qui avaient été très protégés (malgré une absence de confinement comme Monaco) ont vu une explosion de cas.

Israël, qui a été le laboratoire du monde, a vu une explosion de cas. Une mutation du virus qui avant ne touchait que les personnes âgées, touche maintenant et tue des personnes plus jeunes. Il attaque aussi les femmes enceintes.

On s’est beaucoup interrogé sur Israël puisque l’on a eu des informations de deux types. D’un côté c’est merveilleux, de l’autre c’est une catastrophe. La réalité est plutôt dans l’aggravation.

Par comparaison avec le Liban ou la Palestine qui ne vaccinent que très peu et n’ont pas le système de santé d’Israël, Israël ne fait pas mieux voir bien pire.

Donc rien de très rassurant.

Pire, face à l’aggravation de la situation les chiffres d’Israël ne sont plus accessibles sur Euromomo depuis plusieurs jours.

L’Angleterre, autre pays très vacciné, a eu 60 000 morts en 2020 et déjà 65 000 en 3 mois depuis qu’ils vaccinent massivement.

Pire en Angleterre 60 à 70% des malades sont vaccinés.

Nous nous sommes quand même interrogés sur le Prince Philip, certes très âgé, mais qui avait traversé toutes les difficultés médicales et semblait inoxydable, qui se fait vacciner et décède deux mois après. De nombreux grands vieillards sont décédés peu après le vaccin. Coïncidence ?

Le Chili qui vaccine beaucoup est exactement dans la même situation catastrophique. Il y a maintenant des gens très jeunes qui entrent en réanimation.

Globalement tous les pays qui vaccinent beaucoup ont une explosion des décès.

Même en Inde, qui vaccine très peu et a enrayé l’épidémie avec l’Ivermectine, les seuls états qui vaccinent voient aussi une explosion des cas.

En Europe, selon les chiffres de l’EMA (Agence Européenne du Médicament) il y a déjà en deux mois 96 000 effets secondaires et 5900 décès au début avril ce qui est énorme.

Et nous savons que les effets secondaires des vaccins sont massivement sous déclarés.

Il y en a en général 5 à 10 fois plus. Les chiffres anglais sont à ce niveau parlants.

Chose intéressante le vaccin Astra Zeneca n’est pas celui qui a le plus de morts.

Quand Astra Zeneca fait 714 décès, Pfizer fait 5000 décès

En France aussi il y a tellement d’effets secondaires déclarés que les services sont débordés et demandent à ce que l’on ne déclare que les cas les plus graves (voir plus loin).

Récemment un homme de 83 ans vacciné fait une procédure devant le conseil d’état pour pouvoir être totalement déconfiné et ne plus porter de masque. Il demande à l’état de tenir sa promesse de propagande vaccinale.

Réponse : non !

C’est bien sûr Véran qui a préparé le dossier pour le Conseil d’État. Il donne 4 explications. Il parle d’abord de :

•  “l’efficacité partielle” des vaccins, notamment du fait de l’apparition de nouveaux variants. Encore plus grave, il explique que

• les vaccinés sont les plus exposés à la virulence du virus, en cas d’échec. Et surtout

• le vaccin ne permet pas de dire que les vaccinés ne peuvent pas transmettre le virus.

• Donc, ils peuvent contaminer les autres, et être contaminés par les autres.

Bref, tout le contraire de ce qu’ils disent aux Français pour qu’ils se fassent vacciner au plus vite.

Voilà le deuil d’un retour à la vie normale grâce au vaccin dont Veran dit clairement qu’il ne marche pas vraiment.

Le deuil d’une vraie protection par le vaccin.

Nous pensons que si les personnes qui se font vacciner avaient ces informations, elles ne se feraient peut être pas vacciner.

Mais on voit pourquoi toute autre presse est totalement censurée.

La logique voudrait que l’on abandonne le vaccin.

Nous voyons bien que les coronavirus font comme à leur habitude : ils mutent en permanence. Et plus on vaccine et on met de la pression sur la protéine spike, plus ils mutent et pas en bien.

Alors que quand on ne fait rien, il perd naturellement de sa virulence.

Nous avons là le vaccino échappement dont nous parlons depuis le début.

Mais si non continuons il y a pire à venir.

Véran, Macron ou Netanyahu, ont clairement dit qu’il faudrait revacciner régulièrement avec à chaque fois de nouveaux vaccins peut être tous les six mois : une vraie course en avant vers l’échec et la résistance.

Un drame pour le principe vaccinal qui creuse sa propre tombe.

Aux dernières nouvelles les nouveaux vaccins n’auraient même pas besoin de faire des essais. Un comble ! Ce qui signifie qu’avec chaque nouveau vaccin on injecterait encore un peu de code génétique mutant qui cette fois ne serait plus contrôlé.

La première vaccination ne serait alors qu’un galop d’essai.

Mais il pourrait aussi se produire que plus on vaccine, plus la situation s’aggrave et que refusant de voir l’échec du vaccin on oblige tout le monde à se vacciner de force. Qu’on utilise l’échec de la vaccination pour montrer du doigt ceux qui ont eu la sagesse de s’abstenir et d’attendre pour le moins.

Enfin, nous voyons arriver les vaccins pour les femmes enceintes (alors que certaines informations à confirmer font état de plus de fausses couches) mais surtout la vaccination des enfants qui représenterait un risque majeur pour l’avenir de l’humanité.

A quoi donc sert cette campagne vaccinale qui creuse la tombe de son propre échec ?

Si les gens vaccinés meurent plus que les autres.

A l’évidence, la possibilité de faire un maximum de business démange plus que jamais les super riches. L’idée aussi de mettre un code barre sur tout le monde leur plait beaucoup, en plus de faire un maximum de business !

Mickael Yeadon, ancien vice-président de Pfizer, lui va carrément plus loin et rejoint une idée assez répandue. Une politique de dépeuplement comme en avait parlé Bill Gates. (réduction de la population mondiale par la vaccination)

En clair, utiliser le vaccin pour faire baisser la population, organiser la maladie et la mort.

Le rêve des transhumanistes : transformer le génome humain pour mieux le contrôler.

Avoir la capacité de réduire la population mondiale.

Le Pr Geert Vanden Bossche Ph.D est virologue indépendant et expert vaccinal, ancien employé chez GAVI et la Fondation Bill & Melinda Gates qui a travaillé pour le GAVI et la fondation Bill et Melinda Gates.

Il dit clairement : « La vaccination risque d’entraîner une catastrophe mondiale sans égale. »

Finalement ce sont ceux qui auront eu la sagesse de refuser le vaccin (ou d’attendre) qui auront le plus de chance de survivre.

 

E.A.

source : revue de presse de la médecine du sens

AOC MADE IN FRANCE

Les commentaires sont fermés.

Lebloglibre |
Djalain |
Fipanalyse |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Afriques
| La Gazette Pro Nature
| Domieblog